Les langues en Espagne


L'Espagne compte une langue officielle, appelée communément « l'espagnol », le castillan, et des langues vernaculaires. Le castillan a été institué langue officielle dès 1714 par Philippe V et est inscrite à l'article 3 de la constitution espagnole de décembre 1978. 

En voici les dispositions :
1. « Le castillan est la langue espagnole officielle de l'Etat. Tous les espagnols ont le devoir de la connaître et le droit de l'utiliser »
2. « Les autres langues espagnoles seront aussi officielles dans les Communautés Autonomes respectives en accord avec leur statut »
3. « La richesse des différentes formes linguistiques d'Espagne est un patrimoine culturel qui fera l'objet d'un respect spécial et d'une protection ». Cet article laisse une grande place à la diversité des langues dans les régions. Il existe 3 langues vernaculaires officielles : le basque, le catalan et le galicien. 

Le basque ou euskara

Le basque ou euskara est parlé dans le Pays basque (en Espagne, mais aussi en France), ainsi que dans le Nord de la Navarre. Le dialecte officiel est le « batua ». Son origine est assez mal connue. La langue basque s'écrit avec l'alphabet latin. Elle est globalement phonétique, toutes les lettres d'un mot se prononcent à l'exception du « h » qui est muet dans la plupart des dialectes. Généralement, les voyelles qui se suivent forment une diphtongue. Les principaux dialectes du basque sont le navarro-labourdin, le guipuscoan, le souletin et le biscayen.


Le catalan ou català

Le catalan ou català est utilisé en Catalogne, Aragon (qui présente aussi une diversité linguistique), Murcie, en Andorre et dans le Roussillon français, mais aussi en Sardaigne, à Alghero. Il s'agit d'une langue romane proche de l'occitan. Elle est dérivée du latin et son origine est différente de celle du castillan, même si elle en a subi des influences. Par opposition au castillan qui s'est imposé à une grande partie de l'Espagne, la reconnaissance du catalan n'a été acquise à nouveau qu'après la mort de Franco, qui l'avait interdite. Y est associée une variante, le valencien, parlé par la communauté valencienne (Valence, Alicante et Castellón). Elle a été introduite par les colons de la principauté de Catalogne après la reconquête du territoire musulman par Jacques 1er d'Aragon au XIIIème siècle. Le valencien a été déclaré langue officielle en 1983. Il présente aussi des sous-dialectes comme le tortosin (dialecte nord-occidental), le castillon (valencien septentrional) ou l'apitxat (valencien central).


Le galicien ou gallego 

Le galicien ou gallego est employé en Galice, dans les Asturies (qui possèdent aussi leurs propres dialectes) et en Castille-Léon. Utilisé surtout comme langue orale, cet idiome s'apparente à une langue romane proche du portugais. Il semblerait qu'aujourd'hui le galicien soit en passe d'être absorbé par le castillan et de perdre ainsi son identité. Cette langue fut une langue de culture utilisée tant à l'écrit qu'à l'oral. Le galicien portugais a eu un véritable statut pendant environ sept siècles, puis a été supplanté par le castillan utilisé par la noblesse qui a pris le pouvoir au début du XIVème siècle. 

Il existe également des dialectes, des langues non officielles dérivées des langues que nous venons de citer. Par exemple, l'andalou qui est un dialecte castillan, parlé en Andalousie, en Estrémadure, une partie de Murcie, Ceuta et Melilla. Il s'agit d'un mélange entre le castillan et le mozarabe. Ou encore le murcien, avec de très nombreuses influences de mozarabe, de catalan et d'aragonais. Il est parlé dans la région de Murcie et dans les provinces limitrophes d'Albacete, d'Alicante et d'Almería. Et bien d'autres encore !